Pendant longtemps les espaces de travail étaient aménagés dans une réflexion portée sur la rentabilité des espaces. Aujourd’hui, l’aménagement évolue avec les nouveaux modes de travail ! Cela permet d’avoir un cadre plus agréable pour les collaborateurs. Il faut alors suivre de près l’évolution de la morphologie des espaces de travail et les dimensions de bien-être.

C’est dans ce contexte que le Baromètre Actineo / Sociovision de la qualité de vie au travail publie tous les 2 ans depuis 10 ans son baromètre “qui décrypte, analyse et mesure l’évolution des modes de vie des Français au travail”. Que pensent les français de leur vie au bureau ? Sont-ils satisfaits de leur qualité de vie au travail ? Certains sont-ils plus satisfaits que d’autres et pourquoi ? Le flex office, le nomadisme et le télétravail sont-ils en croissance ? On y voit plus clair avec le rapport 2019.  

Une satisfaction au travail mitigée

Le sondage, réalisé auprès d’un échantillon représentatif des actifs français(1) travaillant dans un bureau, permet de dégager des tendances de bien-être au travail. 87 % d’entre eux se déclarent satisfaits (très + plutôt) concernant la qualité de vie au travail. Plusieurs critères déterminent les éléments de satisfaction. Les relations et le travail avec les autres, les relations hiérarchiques, mais aussi l’espace autour de l’entreprise, l’autonomie et la concentration. Mais cette satisfaction cache certains malaises ; stress, perte de sens, absentéisme. 46 % d’entre eux se sentent stressés, 42 % à penser parfois que leur travail manque de sens et 32 % ressentent le besoin de s’arrêter alors qu’ils ne sont pas malades.

 

Bureau fermé ou flex-office ?

Dans quel type de bureau travaillons nous ? Et bien la réalité dominante en France reste bien le bureau fermé pour 66 % des salariés dont 33 % de bureau individuel et 33 % avec au moins deux personnes. Alors qu’ils sont 34 % d’entre eux à travailler dans des bureaux collectifs ouverts (22 % avec moins de 10  personnes et 12 % avec plus de 10 personnes). Tout cela varie en fonction de la taille de l’entreprise, de l’âge du salarié et de son niveau hiérarchique. Le flex-office où l’absence de bureau attitré sur le lieu de travail est en hausse. 14 % des personnes interrogées font du flex-office contre 6 % en 2017 pendant que 86 % sont encore en bureau affecté. Mais la tendance est positive ! En effet, ils sont 50 % à déclarer ne pas être gênés de ne pas avoir un bureau attribué.   

Des actifs de plus en plus nomades

Le nomadisme, ou le concept du bureau nomade est en hausse. Celui-ci peut se faire au sein d’entre entreprise quand le collaborateur travaille en dehors de son poste de travail ou ailleurs que dans les espaces de travail de l’entreprise. Plus de la moitié des actifs ont l’occasion de travailler hors des locaux : près de 53 % soit + de 5 % par rapport à 2017.

Mais dans quels espaces de travail pouvons-nous trouver les actifs quand ils sont en dehors de leur bureau ? Alors, 54 % déclarent travailler régulièrement ou occasionnellement à leur domicile, 57 % dans les restaurants et les cafés, 47 % dans les transports en commun, 43 % dans les hôtels, 43 % dans les locaux de leurs clients ou 38 % dans les espaces de coworking. Il faut savoir toutefois que ces espaces de travail hors du bureau ne sont que très exceptionnellement le poste principal de travail. Plus d’un tier des actifs interrogés se disent “travailleurs nomades” réguliers. Pour la petite définition, ils travaillent au moins plusieurs fois par semaine hors des locaux de leur entreprise. Ces lieux de travail hors bureau sont pour certains “subis” comme les espaces voyageurs et les transports en commun. Tandis que d’autres sont plus “appréciés”. C’est le cas pour le domicile, les espaces de coworking et les locaux de l’entreprise autres que ceux où sont situés leurs poste de travail principal.

Mais alors, quel est l’espace de travail idéal ?

La qualité de vie au travail reste une question centrale pour les entreprises et leurs espaces de travail. En effet, l’espace de travail est considéré par les salariés comme très important pour la santé (pour 50 % d’entre eux et le bien-être à 48 %). La performance arrive en deuxième position permettant la motivation (43 %) et l’efficacité (41 %). Puis vient le relationnel, que ce soit avec les collègues (39 %), les personnes encadrées (34 %) ou la hiérarchie (33 %). À la question “Si vous aviez le choix, où préféreriez-vous travailler ?” le premier choix était un poste de travail dédié dans un bureau individuel fermé à 45 %. Ils sont 38 % pour choisir un poste de travail dédié dans un bureau collectif de petite taille. Et le troisième choix étant un poste de travail dédié dans un espace collectif ouvert, avec des bulles de confidentialité et des salles de réunion de proximité en libre accès.

Retrouvez toute l’étude ici : Enquête Actineo

(1)Réalisé par Actineo, l’organisme qui mesure la qualité de vie au bureau, financé par le Codifab, le Baromètre est une enquête en ligne qui a été administrée du 4 au 15 février 2019 auprès d’un échantillon représentatif – en taille d’entreprise, secteur d’activité et région d’implantation – de 1218 actifs travaillant dans un bureau.

 

Non classé Baromètre Actineo 2019 : les français au bureau et l’environnement de travail